Tous nos documentaires sont en vente sur l'île d'Yeu ou par correspondance (de 10 à 12€ selon les films). Nous contacter.

Documentaires

Portraits de marins de Jeanlin Henry
Prix Louis-Marie de Barbarit 2016

1967. Jeanlin vient d’avoir 21 ans. Issu d'une famille de marins de l’île d’Yeu, il embarque pour une marée au thon, à bord du “Jos”. A cette époque, l’île d’Yeu est l’un des plus importants ports de pêche au thon germon de la côte atlantique. Passionné de photographie - il en fera plus tard son métier - Jeanlin veut partager cette vie rude des marins pêcheurs. Mais il faut, tout d’abord, apprendre à vivre ensemble, dans la promiscuité du bateau, et respecter la vie à bord... Jeanlin peut alors partager en toute simplicité les longues heures pour se rendre sur les lieux de pêche, l’inquiétude du patron à la recherche des bancs de thons, les instants d’exaltation quand tout l’équipage, armé de puissantes gaules de bambou, hisse à bord les thons qui bondissent sur le pont. Dans ces longues soirées d’automne, quand la nuit tombe sur la mer immense, on se glisse dans la “chambre” autour de la table où l’on tape les cartes tandis que le cuistot fricasse le souper... Un demi-siècle plus tard, Jeanlin nous offre ce regard authentique sur cet aspect aujourd'hui disparu de la vie de ces marins pêcheurs. Des portraits d'hommes qui vont bien au-delà d'un simple reportage sur le temps jadis... comme si, dans un impossible pari, ils tentaient de capter encore un instant l'éclat de leur vie.

voir un extrait
La Meule, un village entre terre et mer

Ecoutez les habitants de la Meule, ils vous racontent de vive-voix l’histoire récente de leur village… Ils nous parlent d’un petit monde isolé, loin de Port-Joinville, avec ses quartiers - Ker Arnaud, La Pouérèle, Le Jarrit, Ker Rabaud – bien rangés de part et d’autre de la descente vers le port. Leurs regards et leurs témoignages se croisent, le temps de partager avec nous leurs souvenirs d’enfance, juste avant la guerre, la seconde, pour les plus âgés d’entre eux. Depuis leurs jeux d’enfants en liberté, entre vie quotidienne et métiers du port, de la fête au recueillement, de l’autarcie au tourisme, nous les suivons pas à pas tout au long d’une vie.

voir un extrait
Un jour sans fin, une certaine histoire de la fête des Fleurs

Henri Arquillère, Jean-Luc Burgaud et yannick Taraud ont bien du mal à se mettre d'accord... Cela va bientôt faire 50 ans qu'ils ont lancé la plus importante des fêtes populaires islaises ! Mais ce qui est certain, c'est qu'à 20 ans à la fin des années 60, ils décidèrent de créer un char pour défiler de village en village lors d'une mini mi-carème immortalisé par la presse de l'époque. Ce documentaire retrace l'épopée de la fête des Fleurs des origines à nos jours.

Voir un extrait
Le renflouement du Doux Zéphir

Le 7 août 1978, le "Doux Zephir" coule à 3 miles nautiques au nord-ouest de l'île d'Yeu sur un fond de 25 mètres. A son bord, René Groisard, le patron et ses deux matelots sont sains et saufs. Après vérification de l'épave par des plongeurs bénévoles, il est décidé d'agir. Dès le lendemain, environ 200 personnes se mobilisent afin d'envisager le sauvetage de ce navire. Ce film documentaire réalisé en 2012, issu d'images amateurs de l'époque et d'interviews des protagonistes 34 ans après, retrace cette aventure hors du commun.

Prix Louis-Marie Barbarit de la cinémathèque de Vendée.

Voir un extrait
L'île aux pêcheurs

Au tournant des années 90, l'île d'Yeu était sans doute la dernière île en France à vivre de sa pêche.

Après une évocation historique de la pêche islaise, le film nous embarque à bord des fileyeurs, palangriers ou caseyeurs et découvrons la pêche au thon, au merlu, au requin taupe et au tourteau...

Voir un extrait
Le retour de la revue islaise

Il était une fois Yeu, une petite île française, à 17 km de la côte vendéenne. Jusqu'en 1992, tous les ans, un spectacle de théâtre amateur réunissait l'île entière. 2000 entrées pour 5000 habitants, c'était ça la Revue Islaise ! En 2011, 19 ans après la dernière édition, et alors qu'ils sont désormais à la retraite, Gaby et Popo décide de s'y mettre à nouveau. Ce documentaire retrace cette aventure.

voir un extrait
Le jeune homme et la mer

Tout devrait dissuader Denis, 16 ans, de devenir marin pêcheur. Son père, lui aussi marin pêcheur, a péri en mer quelque jours avant l'anniversaire de ses 10 ans. Et sur son île d'Yeu, depuis la fin de la pêche au thon au filet, la flotille et le nombre de marins ont été divisés par deux. Le contexte est d'autant plus morose qu'une nouvelle menace plane sur la pêche traditionnelle au requin-taupe, dont l'île d'Yeu est le seul port en Europe. Mais, quand tous les matins sa mère ouvre les volets, Denis se retrouve face à l'océan... Un documentaire touchant sur une vie de passion.

voir un extrait
24, rue du port

Que reste-t-il du port de l'Herbaudière décrit par Marc Elder dans "Le Peuple de la mer", prix Goncourt en 1913 ? Lors de l'enterrement de son grand-père, dans le cimetière marin de l'Herbaudière, Frédéric violeau a eut le sentiment qu'il tournait plus qu'une page de l'histoire familiale. Pendant ses vacances d'été, Frédéric est retourné à Noirmoutier pour comprendre comment vivait ce "peuple de la mer" à l'époque de son grand-père ; comment l'économie locale a été bouleversée par le développement des grandes infrastructures des "Trente glorieuses"; et ce qu'il reste aujourd'hui de ce monde des marins, entre ses oncles et ses cousins.

voir un extrait

Spots

Spot Yeu Demain

Cinq Spots réalisé par Oya Films pour l'association Yeu Demain "L'île est fragile, protégeons-la !". Ces spots ont pour but de sensibiliser la population sur la fragilité de la nature et du devoir de protection de l'environnement. Le ton est volontairement décalé et humoristique, mais le sujet est sensible.

voir les spots

Education à l'image

Education à l'image

Oya Films joue un rôle important sur l'éducation à l'image dans les écoles (primaires et collèges) ainsi que lors du temps extra-scolaire. Avec la réalisation de court-métrage, d'animation en image par image, l'association tend à éveiller l'amour du cinquième art à la jeunesse islaise. Oya Films permet aux jeunes de rencontrer des professionnels (scénaristes, monteurs, cadreur, ingénieurs du son, graphistes, etc.) et de réaliser leurs films.

voir les films